Comme toutes les grandes sagas vidéoludiques, chaque nouvel épisode de Final Fantasy est décrié. Et on ne peut pas dire que le treizième épisode a été épargné par les critiques : un tutoriel qui dure vingt heures, un énorme couloir, un scénario tordu, un système de combat trop automatisé et j’en passe. Sa suite, le bien nommé Final Fantasy XIII-2 a cherché à gommer quelques défauts avec un jeu plus ouvert, un méchant charismatique et un recentrement du scénario sur deux personnages. Lightning Returns vient achever la saga de Fabula Nova Crystallis et tente de reconquérir les fans avec une orientation plus action, une difficulté à la hausse et un monde encore plus ouvert.

Final Fantasy XIII : mes amours et mes peines

Avant toute chose, je tiens à donner mon avis sur les opus précédents ce Lightning Returns. Dès la sortie de Final Fantasy XIII, j’étais plus qu’impatient de mettre le premier DVD dans ma Xbox 360. Et malgré un défonçage en règle par la presse et beaucoup de joueurs, j’ai tout simplement adoré ! Entre les graphismes à tomber, les personnages charismatiques comme Lightning ou Fang, un système de combat à base de jobs jonglant entre le dynamisme et la stratégie, et le monde ouvert de Pulse qui donne beaucoup de liberté, je me dis que ce jeu n’a pas du tout été apprécié à sa juste valeur.

final-fantasy-13

Malgré tout, cette mauvaise presse n’a pas empêché Square Enix de sortir un second épisode en vue de rentabiliser leur moteur graphique. Un jeu plus ouvert avec un système de voyage dans le temps, mais également une équipe d’aventurier(e)s se réduisant à deux personnages. Hélas, car selon moi, c’est ici que se trouve tout le problème du jeu. Je n’ai pas aimé les personnages de Serah et Noel, et forcément j’ai eu toutes les peines à rentrer dans l’histoire. Pourtant j’ai résisté grâce à son méchant intéressant et un système de combat toujours plaisant. Mais à la toute fin, de souvenir au bout d’une quarantaine d’heures, j’ai complètement décroché.

Final-Fantasy-Xiii-2-official-wallpaper_1

À cause de cette expérience, je n’attendais pas du tout Lightning Returns. Il me manquait une partie de l’histoire et les nombreux trailers ne m’avaient pas du tout convaincu. Certainement le gout amer de Final Fantasy XIII-2 encore en bouche … Mais après tout, un Final Fantasy reste un Final Fantasy et les retours dithyrambiques de Julien d’Andromède m’ont finalement fait reprendre la manette de la PS3.

13 jours pour s’organiser

L’histoire de ce volet prend place cinq cents ans après les événements de Final Fantasy XIII-2. D’ici quelques jours le monde sera détruit, rongé par le chaos. Avant cette destruction, le dieu de la lumière, Bhunivelze désigne Lightning pour devenir la Libératrice. Tout un programme pour notre héroïne qui cette fois-ci ne devra pas sauver la planète, mais le plus d’âmes possible afin de les guider vers un nouveau monde. Pour mener à bien sa lourde tâche, Lightning dispose de seulement six jours au départ de l’aventure. À la manière d’un Majora’s Mask, le jeu est en effet limité dans le temps, et si le joueur ne parvient pas à réussir sa mission avant la fin du compte à rebours, c’est le game over.

3497302495

À l’instar d’une épée de Damoclès, cette limite de temps peut paraitre contraignante dans ce type de jeu, où l’on aime prendre son temps et explorer le moindre recoin de la carte. Mais au contraire, cet élément de gameplay apporte beaucoup de dynamisme et une dose de stratégie inédite dans les RPG. En effet, il est possible d’augmenter la durée accordée par Bhunivelze pour passer de six jours jusqu’à treize. Il faut pour cela sauver un maximum d’âmes durant les nombreuses quêtes secondaires proposées. La stratégie rentre en jeu au moment de choisir vos quêtes, car certains lieux ne sont disponibles qu’à des moments particuliers de la journée. En fonction des heures, il faut jongler entre les quatre grandes zones du jeu, se rappeler précisément les lieux de rendez-vous, et ce qu’il faut y faire. De même, les quêtes ne rapportent pas toutes le même « ratio d’âmes ». Savoir à quel moment faire une quête difficile rapportant beaucoup ou une facile au gain moindre demande réflexion. Préparez-vous à prendre des notes ! Par ailleurs, Lightning dispose d’un pouvoir lui permettant de figer le temps, et celui-ci se recharge plutôt rapidement durant les affrontements. Autant dire qu’avec de l’organisation et une bonne technique de combat, la durée attribuée par Bhunivelze est plus que suffisante. J’ai d’ailleurs eu largement le temps d’explorer toutes les cartes et augmenter les caractéristiques de Lightning à un très haut niveau.

Le dressing de Lightning

Lightning étant toute seule, le système de combat a énormément évolué. Terminé le groupe de compagnon avec chacun son job attribué. Dorénavant, notre héroïne est livrée à elle-même et elle devra faire tout le boulot. Elle joue ici la fashion-victim et se pare de très nombreuses tenues, plus ou moins de bons gouts, qui lui permettent d’affronter ses adversaires. Chacune d’entre elles possède des caractéristiques propres les destinant à un style de jeu : magie, attaque, défense, saboteur, etc. À cela s’ajoute des armes et des boucliers qui possèdent également des attributs propres. Et ce n’est pas tout ! Il faut également attribuer quatre compétences à chacune des tenues. Celles-ci sont très nombreuses, comme par exemple : Glace de niveau 3, Garde vitale, Coup puissant, Fragilité, etc. Cette personnalisation extrême permet d’obtenir des styles de jeu très différents. D’autant que seulement trois tenues sont accessibles et échangeables à la volée durant les affrontements. Stratégiquement, il faut créer et sélectionner au mieux votre set de tenue, afin de faire face sereinement à n’importe quel adversaire.

3779097784

Pour le reste, le système de combat garde les éléments qui ont fait le succès de la saga Final Fantasy XIII. On y retrouve la fameuse jauge d’ATB, qui cette fois-ci n’est pas propre à Lightning, mais à chaque style. Toutes les compétences consomment un nombre de points d’ATB spécifique, et pour ne pas vider la jauge complètement, les changements de tenues sont très réguliers. Le mélange d’action et de stratégie rend les combats dynamique et passionnant. Ce Final Fantasy marque un tournant, où le tour par tour laisse la place à l’action. Et ce n’est clairement pas pour me déplaire. Si on y ajoute beaucoup d’autres techniques et subtilités, comme par exemple : les chocs et les contres, ce système de combat devient l’un des meilleurs jamais créés !

Lightning-Returns-Battle

Lightning : plus forte que Snake et Bayonetta

Le gameplay et le système de combat sont très importants dans ce genre de jeu, mais que serait un grand RPG sans un grand scénario ? Et pour l’occasion, je dois bien l’avouer que Lightning Returns ne se distingue pas spécialement sur ce point. Sans trop spoiler, l’histoire se résume à une quête pour sauver la sœur de Lightning (et si possible les autres âmes), mais également l’identité de notre héroïne, et on touche ici à toute la force du scénario : l’écriture de ce personnage. Claire Farron de son vrai nom, possède un charisme incroyable et une vraie personnalité. Devenue une quasi-déesse, elle n’a plus aucun sentiment et cette situation l’amène à une franchise totale auprès de toutes les personnes qu’elle rencontre. Punch-line et cassage en règle garantie ! Malgré tout, au fur et à mesure de l’aventure, Lightning va éprouver de la compassion pour les âmes qu’elle sauve. Jusqu’à se rendre compte que cette absence d’émotion, voulu par elle-même pour devenir encore plus forte, l’empêche d’être heureuse. Je ne vais pas aller jusqu’à vous raconter la fin du jeu, mais le dévouement et l’évolution de Lightning m’auront fait verser quelques larmes. À l’heure où le Gamergate est d’actualité, voir des personnages féminins aussi forts est un exemple à suivre pour toute l’industrie du jeu vidéo.

lightning5

Une magnifique conclusion

Comme vous l’aurez constaté, j’ai énormément apprécié Lightning Returns : Final Fantasy XIII. Avec un système de combat fort bien pensé, une limite de temps qui ouvre de nouvelle possibilité, des passages graphiquement bluffant, des musiques magnifiques, un monde ouvert, l’un des meilleurs personnages jamais créés, etc. ce jeu a énormément de qualités et reste unique en son genre. Dans une époque où les grands éditeurs sortent des jeux tellement calibrés et sans saveur, Square Enix a su prendre des risques avec sa saga phare, et la faire évoluer intelligemment avec des choix à contre-courant. L’éditeur en profite également pour remercier les fidèles avec une magnifique et longue cinématique de fin qui clôture en beauté Final Fantasy XIII. Lightning, tu me manques déjà !

lightning-returns-final-fantasy-13

Partager :