This is Halloween, this is Halloween” : voilà ce que je chante avec joie le 31 octobre de chaque année… Non, en fait pas du tout. Je n’ai jamais vraiment fêté Halloween, hormis balancer des bonbons à des gamins et boire quelques coups la veille d’un jour férié. Pourtant c’est génial les soirées costumées ! Alors quand j’ai appris que mon parrain fêtait ses cinquante ans dans une salle ce jour-là, j’ai sauté sur cette occasion pour proposer à mes proches d’y aller costumer. Sauf que le 31 octobre j’étais le seul à avoir joué le jeu. Malgré moi, je suis devenu l’attraction de la journée … pour le meilleur et parfois le pire.


Comme le démontre ma vidéo « comme un air de gothique« , le maquillage gothique n’a plus aucun secret pour moi… Enfin presque. Donc pas besoin d’aller chercher très loin mon costume : il sera identique à celui de la vidéo. J’avoue, c’est un peu moche de confondre les Gothic Lolita avec les costumes effrayants d’Halloween, mais on va dire que c’est aussi la fête des gothiques. Par contre, cette fois-ci j’ai demandé à ma petite sœur de me coiffer. En solitaire, les bouclettes de l’infini demandent trop patience et surtout une excellente souplesse du bras droit. D’ailleurs, je m’aperçois que ma sœur a simplement prévu une blouse blanche avec des taches de sang pour seul costume : « Heu, c’est quoi ce déguisement tout naze ? », « C’est nickel, comme ça je pourrais l’enlever une fois sur place ». Je dis ça, mais mon beau-frère n’a même pas de déguisement. Comme dirait Zambla : J’suis pas rassuré.

Kevin Lecomte - Halloween Gothic Lolita 10

Après une heure et demie de coiffure (quand je disais que c’était long), on peut enfin décoller de chez moi et prendre la direction de la salle. Et quand j’arrive sur place, je vois que ma mère n’a déjà plus son déguisement de hippie et tous les amis qui devaient être également costumés ont de « bonnes » excuses :

[alert type= »info »]J’ai pas retrouvé mon chapeau de sorcière.[/alert] [alert type= »info »]Mais si, je suis déguisé en bucheron, regardes ma chemise à carreaux.[/alert]

Et j’ai oublié d’autres excuses. La classe, le seul qui a eu les « balls » de jouer à fond le jeu est celui qui fait la fille. Mais ce n’est pas bien grave, je suis finalement comme un poison dans l’eau et puis, c’est Halloween, tout est permis ! En arrivant dans les derniers je dois faire le tour de la salle en saluant tout le monde. Entre les questionnements sur mon identité et ma voix grave avec une tête de fille : est-ce qu’on doit me faire la bise ou me serrer la main ? Sur les premiers instants, c’est la confusion la plus totale à mon encontre. Mais cet imbroglio artistique laisse très vite sa place aux compliments :

[alert type= »info »]Tu es super doué en maquillage, il faut que tu me maquilles à l’occasion.[/alert] [alert type= »info »]Tu ne devrais pas parler, car ta voix casse ton image de fille.[/alert] [alert type= »info »]En plus c’est tes cheveux naturels, je suis trop jalouse.[/alert] [alert type= »info »]J’étais persuadé que tu étais Maureen (ma sœur).[/alert]

Je vais passer les remarques sur mes jambes, ma robe, mes traits de visage et celui qui ne me fait jamais vraiment plaisir : « Tu es mieux en fille qu’en garçon ». Pour faire un aparté, ce compliment est très régulier et j’ai toujours du mal à la digérer. C’est facile de dire ça devant un maquillage sophistiqué, une tenue particulière et avec l’attrait de la nouveauté de mon visage féminisé. Mais quand je suis en « garçon », je suis moi, le bon vieux Kevin sans artifices. Sérieusement, c’est comme dire à une femme droit dans les yeux : « tu es beaucoup mieux avec du maquillage ». Personnellement, je trouve ça assez vexant, non ?

Kevin Lecomte - Halloween Gothic Lolita 24

Bon après je râle sur ce détail, mais c’est vraiment génial d’avoir autant de compliments venant de la famille et d’inconnus, car forcément sincère. À l’occasion on me demande de poser pour un paquet de photos, on me questionne sur la réalisation de mon maquillage, comment j’arrive à tenir aussi longtemps en talons, où est-ce que j’ai acheté ma tenue, est-ce que j’ai toujours été aussi peu poilu et j’ai même le droit à certaines mains baladeuses. D’ailleurs, ce sujet est moins sympa. Dans ce genre d’ambiance, je comprends aisément qu’on puisse jouer sur les clichés sexistes. Par contre, quand on commence à faire des paris sur celui qui arrivera à toucher « mes parties intimes », excusez-moi du peu, mais je vois rouge. Messieurs, il y a des moyens plus élégants pour vérifier le sexe d’une personne. Cet accrochage mis à part, ma journée de Gothic Lolita c’est très bien déroulé. Durant un moment, j’ai même joué le rôle de nounou auprès des enfants avec leurs remarques très amusantes :

[alert type= »info »]Ton frère (c’est-à-dire moi), il n’a pas pu venir ?.[/alert] [alert type= »info »]Tu as une grosse voix pour une fille.[/alert] [alert type= »info »]Attention quand tu t’abaisses, on voit ta culotte. (Pas facile de jouer à hauteur des enfants et s’abaisser avec délicatesse)[/alert]

La vérité sort de la bouche des enfants, n’est-ce pas ?

Kevin Lecomte - Halloween Gothic Lolita 31

En tout cas, c’était une excellente journée. Je suis resté en Gothic Lolita jusqu’à des heures très tardives. Hormis les petites douleurs à cause des talons et les remarques sur mon style, le déguisement se fait très vite oublier. J’étais simplement moi-même à raconter des blagues à qui veut les entendre, à danser et à trinquer avec tout le monde. D’ailleurs mon dimanche a été plutôt douloureux. En effet, l’amalgame entre le champagne, les vins, le whisky et la bière n’a pas été du meilleur effet sur mon estomac. Je n’ai pas réussi à faire l’after. Je peux vous l’affirmer : le mélange d’alcools, c’est le mal !

Note : Les photos de cet article ont été réalisées quelques jours avant Halloween.

Partager :