Floutez ce visage que je ne saurais voir

22 Fév 2016 | Transidentité, Troisième Genre | 23 commentaires

En arrivant sur le tissu social que représente internet, les personnes transgenres sont amenées un jour ou l’autre à se poser des questions sur l’affichage ou non de leur visage sur les forums, les réseaux sociaux, les blogs et autres sites de rencontres. Ces questions tournent généralement autour de la peur d’être reconnue par des proches. Celles-ci sont tout à fait légitimes et compréhensibles, mais attention à ne pas tomber dans la paranoïa tel un Anonymous traqué par le FBI. Car sans le vouloir, cette inquiétude peut être blessante vis-à-vis d’autres personnes transgenres et contre-productive pour toute une communauté. Malgré tout, je ne souhaite pas vous pousser à vous afficher à tort et à travers, mais simplement à y réfléchir de manière plus globale.

Avoir honte d’être soi-même ?

Lors des soirées, comme celle de XXY.fr par exemple, où je prends quelques clichés, on me demande très régulièrement de flouter des visages, faire disparaître des personnes ou tout simplement de ne pas les prendre en photo. Sincèrement, je comprends ces demandes où les personnes concernées ont la crainte d’être reconnues ou encore d’être confondues dans les clichés bien connus du travestissement. Mais déplaçons ce spectre de vision sur les personnes qui justement ne souhaitent pas cacher leur visage. Déjà, une photo de groupe où trois visages sur six sont floutés ne sera jamais une vraie réussite artistique. En soi, la beauté d’une photo peut être optionnelle, mais à quoi pense le travesti assumé quand celui-ci est entouré de visage cachés ? Personnellement, il m’arrive souvent de me dire que ces personnes sans visage ont honte de s’afficher à mes côtés, ou tout du moins ce que je représente : un travesti. Vous savez, la même honte qui s’empare de vous lorsqu’un ami publie sur Facebook les photos de la dernière soirée alcoolisée. Mais ce moment de solitude n’a rien à voir avec les photos que je prends lors d’une soirée ou d’une rencontre. Tout du moins, rien qui ne me semble embarrassant pour moi et mes proches. Cette honte qui ne dit jamais son nom, me rappelle toujours ces « amies » travestis qui me demandent de ne surtout pas venir chez eux habillé de manière peu recommandable. Allez comprendre par-là en étant moi-même.

Kevin je suis bourré

Les photos de la honte quand je suis complètement alcoolisé !

La perte des sourires

Les excuses pour cacher un visage sont toujours très valables avec des craintes pour le travail et la famille. Ce à quoi je réponds que j’ai moi aussi une grande famille et un boulot qui est à des années-lumière du monde du travestissement ou des paillettes. Et non, je ne suis pas un orphelin et sans emploi. Je vois tous les jours des amies, des clients, des proches, des collègues et qui sont nombreux à connaitre mon gout pour la mode féminine. Et vous ne pouvez pas savoir le grand plaisir que j’éprouve quand mon entourage me dit de venir dans le look que je souhaite. Une joie qui contraste avec la peine qui m’empare quand on me demande de faire disparaitre un visage à côté du mien. Une simple option sur Photoshop qui fait disparaitre les sourires, l’ambiance d’une soirée et l’acceptation de soi-même et de ses semblables.

Kevin Floutez ce visage que je ne saurais voir 1

C’était l’une de mes meilleures soirées en compagnie de mes potes de South Park.

Un grain de sable dans un désert

Dans un internet aussi vaste qu’une galaxie, où les utilisateurs de YouTube se comptent en milliard et le nombre de blogs est aussi important que les habitants des États-Unis, les travestis et leurs photos représentent finalement bien peu de chose. Même pour les plus connues d’entre nous, la comparaison avec une goutte d’eau dans un vaste océan est bien réelle ! Pourtant, la crainte qu’un chef d’entreprise ou un voisin tombe sur le visage souriant de Karina Trav 62, inscrite sur le forum des travestis est tenace. Un forum spécialisé qui certes contient quelques curieux, mais celui-ci est essentiellement constitué de personne de la communauté. Alors si une personne transgenre a peur qu’un proche trouve ses photos sur un site comme XXY, il faut simplement se dire que cette connaissance est comme vous. Car à mon grand regret, on tombe très rarement au hasard de ses recherches, sur un blog comme Un genre ou l’autre.

Kevin je sais qui tu es

Je t’ai reconnu Jean-Pierre ! Toi qui consulte mon blog en cachette au travail !

Métamorphosé(e) !

Il y a ensuite une chose encore plus forte que les statistiques : votre transformation ! Ne sous-estimez pas vos talents de maquillage ou encore de coiffure, car vous êtes méconnaissable une fois passer de l’autre côté du genre. Même moi avec ma coiffure qui ne change pas et le maquillage de plus en plus léger, je deviens quasiment une autre personne sur les photos et les vidéos de ce blog. C’est magique. D’ailleurs en parlant de ma petite personne, mes photos trainent partout sur internet et ont été vue et revue des millions de fois, pourtant, je n’ai jamais été inquiété par quelqu’un m’ayant reconnu. Les seuls coming out subit à cause de ma présence sur internet, sont le seul fait d’avoir mon véritable nom et prénom associés à mon travestissement. Mais tout cela est une autre histoire… Pour résumer, la probabilité qu’un de vos proches tombe sur votre photo et qu’ensuite celui-ci vous reconnaisse malgré tout, et aussi faible qu’une victoire de mon village en Ligue des Champions.

Kevin avant ou après ou avant ou après

Un avant/après ou alors c’est un avant/après… Et puis zut, je ne sais plus.

Un acte militant et d’acceptation

Comme je le disais en introduction, je ne souhaite pas vous pousser à publier vos médias partout sur les réseaux sociaux et sur internet en général. Chaque personne gère son image comme elle l’entend et je ne suis pas dans vos escarpins pour vous dicter la marche à suivre. Car ma démarche est simple : faire avancer la réflexion vers une peu plus d’acceptation. Et que la volonté de s’afficher ou non et un choix bien plus collectif qu’on ne le pense. Je suis convaincu qu’il n’y a rien de honteux à faire une soirée entre personnes transgenres et de s’y afficher par exemple. De même qu’avoir un avatar à son image sur un forum est bien plus sympathique qu’une paire de gambettes impersonnelles au possible. Se montrer tel que nous sommes est un acte militant. C’est en s’affichant le plus naturellement possible qu’on cassera les clichés qui peuvent nous rendre honteux d’être un travesti. C’est mêmes clichés ou formatage sociétal qui engendrent cette peur de nous afficher en compagnie de nos amies.

Partager :